Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poematique expiraTOIre

prosaiques

journal4

figures imposées..le matin est propice à faire quelques pas. la ville est bleue, quelqu'un l'a dit et je marche à fond. je prends le dernier petit déj...je m'empiffre. après ce sera une histoire de valise et de mollets. je prends Bastille une politique...

Lire la suite

journal3

il y a du soleil, un grand froid partout. du dehors jusque sous le bout des doigts. je verglasse mon petit blanc sec, celui que je ne devrais pas boire et qui me va justement comme un gant glacé froid d'un printemps défait. pommiers roses que personne...

Lire la suite

journal2

journal2

midi rue mogador. galeries lafayette ...mince je déteste ce temple qui sent le parfum, mélanges aseptisés les odeurs de fric de poudre de chiffons de lessive et des trainées barbares par-ci par-là et là-dedans tu te sens comme un étronlibre...enfin ne...

Lire la suite

journal

dans le ventre de l'hôtel, tout en bas. le petit déj' dans le ventre sous-sol, la radio qui me déverse sa politique ses débats. des hommes qui ont tous la même voix, le même son et qui voudraient tant faire la différence ...tandis que je glisse dans mes...

Lire la suite

entrain

je croise ce matin des gens qui ont besoin de courage pour vivre. m'en faut-il? à moi? ou est-ce ce dont je manque le moins? suis-je dans l'impasse délicieuse où il ne faut plus que se laisser vivre...? je coule dans le couloir. tout glisse dans le glissoir!...

Lire la suite

retour

si je régresse normalement si je dé-marche bien comme il faut, il arrivera un moment où je n'aurai plus un mot à dire état de béatitude ou état d'hébétude? déjà j'ai le cerveau étroit depuis qu'on a remaçonné la voie du coeur, goulet d'étranglement d'où...

Lire la suite

printemps

semis sous la main. prestidigitations des écueils jonquille, des bandaisons minuscules du gazon amoureux. je respire l'air dressé, les arbres dressés, la terre décalottée d'un désir à l'épreuve du beau temps. foutue saison où les tas morts sont parcourus...

Lire la suite

un sommeil

un sommeil

ai dormi parmi des chevaux, des plaines de galop et un bruit intérieur de coeurs multipliés. tambours et cornemuses à la ligne de front. j'ai eu ma nuit guerrière toute abordée d'images et de clous dans le mur. autant de couloirs sans fin dans lesquels...

Lire la suite

qui vive

évidée. castagne intérieure. les violons à leurs archers. tirer champ libre dans le tas. des volées de flèches. crépir le ciel de zébrures. la Terre vient encore de faire un tour sur elle-même et toutes ces traces, ces marquages célestes autour de nos...

Lire la suite

conjonctions

puis... quelque chose est fini, se clôt. la porte grince-pourquoi faut-il toujours qu'elle grince- dans la dernière maison et le jardin "s'ende" sur un noir de théâtre. fin de séquence, fin de chapitre, ce qui suit est une autre histoire puis solitaire...

Lire la suite