Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poematique expiraTOIre

prosaiques

radotages

Stress : Le bureau est vide, la table est vide, l’agenda est vide, le lendemain est vide, l’œuf est vide. Je stresse. Je stresse en plein, à pleines brassées, à temps plein , l’un et l’autre embrassés. Noir : je n’aime pas l’idée que le noir soit l’absence...

Lire la suite

légumes

légumes

me suis glissée à l'aube dans le jardin. il montrait ce visage misérable d'une demoiselle à pompons sur laquelle serait tombé le seau d'une mégère, tous les bigoudis défaits sur la figure, les feuillages lourds, l'opulence dépenaillée. je n'ai pas su...

Lire la suite

entre

entre

fin de travail. je roule. campagne jaune et cette intense circulation, rapide arrogante fluide.. je rase les bords. c'est si "étroit" - ( ici: manque de possibilité et de marge de manaoeuvre- ) pour rouler vite. je fauche ainsi les bas côtés de frais....

Lire la suite

traitement de surface

traitement de surface

maîtrisez-vous la technique de sablage qui nettoierait ma face noire, ma face moussue, mon décrépi de siècle, toute ma littérature? avez-vous l'enduit sincère, le colmatage adéquat? oui...avez-vous de l'eau pour moi? êtes-vous sous pression avec des isobares...

Lire la suite

microscope

microscope

Prendre le temps dans la pince monseigneur. Le trancher. Toujours plus près. À la seconde près. Imaginer ce diagramme en forme de gâteau, lacéré avec un couteau multi-lames, comme celui dont se sert le fromager pour égrener le lait caillé. Le temps, sectionné...

Lire la suite

air

air

le frère... sortir les cartons, les poubelles, le chat, le vase de nuit, les fleurs sortir un peu histoire de rentrer l'air... sortir ses escarpins, ses richelieux, ses grolles, ses baskets, ses mocassins sortir les draps, les outils, les vacheries, les...

Lire la suite

moisson

la boule à zéro, les champs et des rouleaux partout. -on dirait la mer avec des papillotes, on a l'océan qu'on peut-. le mien est bronzé profond, tanné, et les paysans sont tous convertis en coiffeurs pour dame. quelques liquettes blanches font des voiles...

Lire la suite

de l'air

de l'air

un chenal de vent vient d'être percé dans l'entre-deux de cette heure. une faille agitée, le couloir des caresses. fraîcheur de l'invisible ramenant une belle marée de frissons. filet plein. j'ouvre les bras, j'enfile l'extrême velouté du ciel comme une...

Lire la suite

ventilo

ventilo

tourner, puis retourner encore les pages sous l'ongle, à toute bise. se rafraîchir avec cet éventail qui déroule l'histoire. vite, vite... qu'on en finisse. reprendre ensuite à la couverture. observer, glisser, palper ce bizarre jet de salissures, ces...

Lire la suite

socialisée

la partie avait l'avantage d'être en ma défaveur. perdre est un instinct de base. je marche sur le fil inexistentiel. j'invente mais ne crée rien. les mots eux-mêmes ne savent que dissoudre mes forces, les unes dans les autres. il n'y a pas d'avenir à...

Lire la suite