Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poematique expiraTOIre

labyrinthe 6h 30

labyrinthe 6h 30

labyrinthe 18h30

labyrinthe 18h30

joujou

j’étais un cœur à jouer ping -pong partie de raquettes pigeon vole et cœur pareil les mots suivent les nuages et les vents de l’aube mais ce rouge soudain qui coule sur les filets du ciel ailes brisées

Lire la suite

infusion

cela me rentre sous la peau. chaque brique du mur - comme du venin de lierre- s'insinue et malaxe la rivière. j'ai la voix pleine de pierres, barricade entassée. peut-on empêcher les cascades d'avaler l'infusion des galets? le cours de l'eau a pris des...

Lire la suite

sortir son chien fou

sortir son chien fou

saisissante voix!! et que dire du reste I like it je suis la mémère à son petit cafard. l'ordinaire qui aboie pour sortir. quelque arbre à visiter sans faute après la cage. je finalise l'équipée. ma laisse mon petit gant de plastique et le chapeau- pas...

Lire la suite

nuit

nuit

douceur de la musique du Silence de Bergmann

Lire la suite

cause et effet

respiration ample bras à l'extension poumons effilochés menton en incise dans l'air respiration laquée et dialyse de joyaux pour un goutte à goutte distillé, un écot insulaire au milieu des onguents j'ai un calcul fourgué entre le coeur et le bas des...

Lire la suite

météo

j'ai le matin à l'oeil. plein Est pour l'ouvrir et quand vers 5h. le monde s'étire, quand les derniers soupirs noirs s'éteignent dans ma tête, je reprends le vivre au collier. il fera beau. pas sûr. disposition des lumières aux étals, je marchande à peine....

Lire la suite

terrasse

terrasse

ma vie a coudé avec un petit craquement de jointure à cette rencontre, je ne sais plus si cela m'a fait du bien ou du mal. je n'ai pas réfléchi, j'ai ployé. le vent sans doute, pour faire simple.- à quoi bon dire quelqu'un d'autre-. on ne peut pas regretter...

Lire la suite

de traviole

de traviole

le temps ne passe pas, comme une grosse morce coincée dans la gorge. il érafle le pharynx amoureux avec ses angles épineux. je déglutis. de l'eau! du poème! à golées incessantes, entre souffle et noyade. avaler quelque chose de doux qui emporte ce pommier...

Lire la suite