Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poematique expiraTOIre

vert

danse

danse

image sur théâtre.chelles.fr folie est danse épileptiques javelots de la transe folie tient haut le pied le bras et les écarts jambes qui claquent avant chaque nouvelle prise folie de la pointe, je danse sur la langue et toi ton sexe que l'axe de la Terre...

Lire la suite

air

L'intérieur de moi est comme drapeaux de prière, fines bandes blanches accrochées à un jonc, sortes de tresse de libellules fragiles et transparentes soumises incessamment au message du vent. Je n'envoie rien vers les dieux, mais dans ces filets flottants...

Lire la suite

chant

tu m'attendras .... m'attendras- tu? -peut-être -bien entendu dans un jardin d'orages et de paille je viendrai en voilette parce que ma mère l'a dit et qu'il fait désormais un temps à sortir sa mère je marcherai sur l'eau, oh oui ! elle aimait trop Jesus...

Lire la suite

voix

voix

vous le raconte, à vous lecteurs, parce que ce sont des choses qui peuvent bien -n'est-ce pas?- brûler en vous comme une autocombustion, destructrice, et qu'il est bien peu humain de devoir le vivre sans épaule pour recueillir ce chagrin. c'est comme...

Lire la suite

oubli

je ne vais pas aller jusqu'à la mer pour ces souvenirs à y jeter. c'était là-bas que je devais les rendre à la vie ou alors à la mort selon sur quel bord de l'océan on se trouve. faire ce voyage me ferait peut-être bien oublier et oublier je ne veux pas....

Lire la suite

lui

à chaque horizon que je promène, la laisse dorée d'une ultime lumière le ciel siffle le vent qui passe et j'ai dans le dos un vieux baiseur tendre il pose séduire encore la main à la dernière visière l'éblouissement définitif recueillir l'échappée des...

Lire la suite

poète

poète

tu ne vis pas parmi mes hanches mais ton front posé contre ma bouche ensemençant les steppes du poème j'écoute grandir une souris qui danse quand nous mourrons ainsi accouplés d'épaules à remonter chaque nuit et chaque aube nous tentons de regards affamés...

Lire la suite

je ne dois

...jamais traîner dans les remparts de l'écho,la fuite des fumées que je vois s'enrouler autour du doigt. l'amour est un étrange bruit qui serre mal à mes couloirs d'os, que la tristesse montre et dessine,épreuves de sables dans l'acier des jours. ne...

Lire la suite

journal 151

c'est un jour à pousser la mort dans une brouette de jouissance, bien calée, fesses au gel d'un gentil tombereau de grêles. elle attendra encore un peu, j'ai le bras mou pour la tâche ultime tiens... un soleil, comme un dôme qui trouve son église après...

Lire la suite

tournure

tournure

nomade chemin des murs sous l'onde du doigt je tourne ainsi ronde de barreaux avec bâton pour monter à la tête des ritournelles d'encre des bracelets des ceintures le noeud coulant du ciel en haut trop haut encore mais j'approche des ampoules Dieu est...

Lire la suite