Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poematique expiraTOIre

journal3

il y a du soleil, un grand froid partout. du dehors jusque sous le bout des doigts. je verglasse mon petit blanc sec,  celui que je ne devrais pas boire et qui me va justement comme un gant glacé froid d'un printemps défait. pommiers roses que personne ne semble voir ou regarder qui se balancent secoués frappés gelés quoi... un homme sur deux est collé à son téléphone. je regarde je ne sais quoi au travers de la vitre et qui ne semble pas exister, je traverse le miroir à nouveau. mes yeux flous. ici on ne perçoit rien qu'un énorme boucan agglutiné. cela convient bien sûr à tant de gens. le reste éparpillé sur l'autre versant de la France ressemble à un clair-semis d'âmes.
 rendez-vous chez Gustave Moreau. peintre admirable et précurseur d'un monde qui allait surpasser le réel. et je monte dans ses deux ateliers en bois énormes hauts. j'imagine un artiste s'offrir de tels lieux de création à notre époque... impensable.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Fernand Chocapic 11/04/2012 21:09


Tous ces gens pendus à leur téléphone sont des artistes. Ils pratiquent l'art minimal du SMS et même si ça ne paie pas de mine de prime abord, je pense qu'ils créent une grande oeuvre collective
qui va nous surprendre quand elle sera terminée.

annaj 11/04/2012 23:04



vu comme ceci je trouve le monde nettemetn plus joli