Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poematique expiraTOIre

gare serie

avant l'heure

dans une semaine, j'aurai atteint Bruxelles, déambulé dans le truc, enfilé des machins, sonné aux portes cochères et gravi des marches et des fontaines. dans une semaine, j'aurai sans doute vaincu les voies ferrées, les gares maudites, les changements...

Lire la suite

Gare7

Grosse boutonnière sur les voies. à prendre de traverses. planquée couture arrêtant l'hémorragique voyage coulant rail après rail. grouillante bousculée, dissipée agitée égoïste. sous les voies se tient un mendiant . il musique quelque chose. cela ne...

Lire la suite

Gare6

je ne la visiterai jamais. sans le moindre doute. elle est verte, dominante. je ne sais rien de sa structure. elle est comme un indice de vert-de-gris sur une ville qui joint le départ et le geste. c'est bien aussi qu'il en existe une pour dire que l'on...

Lire la suite

Gare5

Gare5

Sommières gare hôtel sièges velours. rouge vieux. combien de culs pour lisser ces adieux ticket chic? cafét' buffet maintenant. le désespérément désert des gares abandonnées. je m'y installe. c'est un hôtel- je n'oserai pas hôtel de passe- c'est pas le...

Lire la suite

Gare4

mis les boules rondes de l'ipod dans les oreilles, j'écoute je m'abstrais. la gare est une monstruosité dans laquelle se baladent imprécis imparfaits- inexistants peut-être -des gens, des tas de gens, des monceaux de gens. je me ratatine sur le bord du...

Lire la suite

Gare3

accéder aux rames. monter. marche raide marche aérienne- depuis ils ont nivellé cela en allongeant une rampe d'accès interminable. en ce temps-là, je montais. je grimpais. la gare, voyageurs, inconnus, presque inconnus, habitués. tu montes?. je porte...

Lire la suite

Gare2

l'autre est grande. enfin je la trouve comme ça. la seule chose qu'elle a en plus, c'est du vent. un souffle omniprésent qui ne fait que boucher les trous des départs. à la pelle inutile. tinguely, le sculpteur de mon coin, l'avait bien compris quand...

Lire la suite

Gare

gare vide. même les rails sont comme d'éphémères traits sur le terrain. avec ce vieux goudron rouge qui a pris des trempes de temps dans les coins et sur la gueule. le kiosque fermé, la dame derrière loin loin qui tricote un bazar d'hiver, ou crochète...

Lire la suite