Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poematique expiraTOIre

Gare2

l'autre est grande. enfin je la trouve comme ça. la seule chose qu'elle a en plus, c'est du vent. un souffle omniprésent  qui ne fait que boucher les trous des départs. à la pelle inutile. tinguely, le sculpteur de mon coin, l'avait bien compris quand il s'est mis à mettre des cuillères dans les mains de la bise. -on ne joue pas au sable pour rien-. il y a du vent sans cesse, un machin très méchant qui rend plus seuls ceux qui veulent l'être moins et plus encombrés les autres.  je monte je descends je monte je descends ces escaliers plusieurs fois par jour ou par semaine. chaque fois je suis en avance. histoire de le re- goûter, le vertige morbide. ou de savoir si c'est un jour acceptable ou non. sans idée suicidaire, il y a parfois quand même des instants agréables et me tenir devant les rails, c'est comme faire ma courbe de température ma méthode ogino -enceinte de déprimes ou pas-  et puis assise là, je perce une à une les vies qui ne seront jamais les miennes. je prends conscience que rien ne me sortira jamais de mes rails. je vais devoir être ça ..tout le temps et toute la longueur.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article