Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poematique expiraTOIre

Gare3

accéder aux rames. monter. marche raide marche aérienne- depuis ils ont nivellé cela en allongeant une rampe d'accès interminable. en ce temps-là, je montais. je grimpais.

la gare, voyageurs, inconnus, presque inconnus,  habitués. tu montes?.

je porte  ma jupe ordinaire, la brune soupe, ni longue ni courte.  était-elle jolie? non tout me semblait commun.

je monte le grand escalier. là-haut, je dois partir. alors sa main. sous ma jupe. sa main, elle glisse et grimpe, dans la rampe de nylon. elle avance caresse chaude insistante. elle n'a peur de rien elle monte. elle court même tandis que je marche tandis que je m'essouffle. 

fermer les yeux?  laisser faire ou me retourner? 

son regard, plus vieux, plus riche plus fort que le mien. déjà croisé. il possède une déesse hindoue pour épouse.  me fixe, comme une excuse comme une fierté.  et puis resdescend les escaliers. ce lui. et savoir à l'instant à quoi riment les jambes des femmes.  escaliers rails voyage.

juste ça pour longtemps, telescopage d'arrière-train.  accrocher mon wagon, fugace instant offert sans ticket.  un désir dans l'espace d'un hall de gare en chemin vers moi. m'y  accrocher et me dire que si lui, peut-être, quelque chose comme un voyage.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article