Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poematique expiraTOIre

pont

poser sur le vide, l'ogive d'un grand pont. monter jusqu'à la clef de voûte. puis reprendre la voie courbe, la voie penchée. sur le vide grandir, un moellon après l'autre, une brique de mots, de désir, de cette terrible tension qu'il y a dedans et qui ne veut pas céder. projet de moi à la rencontre.

je sens que je déroule l'entier de mes parfums comme on remonte un bas au plus haut de son pas. je construis ainsi des structures d'un métal indestructible, des soies qu'on ne rompt plus. que je pousse  sur l'océan, un effort dont tu ne sais même pas l'existence.

tu ignores l'amour, qui est devenu la cathédrale désertée du Vent, maison du Dieu fantôme, mais du Dieu. je ne suis pas de la mort mais de l'obscur. ce n'est pas pareil et la transparence qui est ma tunique poursuit ses architectures. j'avance encore vers toi. tu ne m'attends pas et tu as bien raison car je n'arrive pas au but et ce n'est plus important. seule la brique que je pose tient à moi et moi à elle.

c'est l'histoire d'un pont que l'autre rend inutile-sans le savoir, mais c'est là un péché- mais aussi de la vie tout court. la mienne qui va vers son élan et se donne ainsi du sens.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article