Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poematique expiraTOIre

noir

"je suis désolé... mais l'art est sombre parfois, c'est ainsi..." *

oui. c'est le goût que ça a,  ce torréfié de grains de peau, rôtis partout brûlés. avec cette ligne très rouge qui nargue le calme de ce qu'il dit.

 

je voudrais mettre mes éraflures dans des coins moins visibles, sous le bras ou dans le centre du ventre, dans les escarres de la nuit. je me méfie de l'aspect d'écorchée que je donne, de chair vive, de balafres soi -disant glorieuses. je ne suis pas fière de mon malheur ordinaire. je ne veux pas en faire une bannière parce que j'ai soif de hisser les couleurs. 

j'entends cependant que le noir bat le rythme, qu'il s'impose, qu'il saccade le texte, qu'il violente les mots, cherche le feu, la cendre, le coup du point dans la phrase. je sens que les dires raccourcissent, qu'ils se hachent, qu'ils veulent taper chaque pied à la rime. une mélodie, une musique répétitive, sérielle obsédante. militaire peut-être.

c'est noire rage, c'est noire défonce, noire cire pour laquer la lumière.  ce noir qui gonfle la chair, qui tend l'intérieur comme des ballonnets dans les artères, qui donne l'impression d'être pleine alors ...  

alors que c'est un vide quasi ordinaire, sans vertu, sans gloriole, sans défense.

ce noir ai-je dit qui retient en lui tous les arcs-en-ciel.

 

* tweet de Hervé Jeanney

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article