Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poematique expiraTOIre

journal 159

21 mai. date essentielle. il n'y a rien à fêter, ni quelque famille, mariage et extravagances mortelles. jour qui ressemble à un solstice mâtiné de superflu et d'inefficace. un 21 sans étoiles, un 21 dépouillé comme on peut supporter de les voir se lever à l'horizon.

démise de toute pression d'avenir, je vais plonger (métaphore filée à la météo de bazar) dans le 21  mai sans m'inquiéter de lever autre chose que moi. filet ultra mince suffira ,c'est bon.

ai dormi comme un vieux, sans crier, sans lange à changer, sans sein à offrir. c'est plutôt bien pour ça de tranquillité chère payée, à grandes claques de cafard et knockout de poitrine. dormi avec des rêves d'enfants perdus, de chiens, de chauves souris; la nuit mène l'enquête et franchement je ne sais après quel cadavre elle court sans trêve. enfoui en tout cas et pas près de revenir cloquer la surface de ma conscience.

dormi découverte avec l'homme de ma vie, fantôme non encore advenu. je lui garde ma pureté de sexe qui n'a connu de l'amour que les dons hasardeux et la quête sur le fil du lointain. outils aiguisés à la lanière. il y a ce bel oeuvre à monter, accomplir le projet dans l'effusion des encres, celui qui fera date et achèvera le pont des épées.

21 mai. face à moi à l'heure d'écrire c'est encore le noir qui renverse ma face dans la fenêtre comme une tache de lumière. je suis d'attaque, putain d'éveil!

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article