Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poematique expiraTOIre

poème

on aurait pu dire un katana planté dans le ventre de la neige

le blanc saigne des transparences

n'avait-été cette lame droite gravée des noms de tes amours

et qui marquait la frontière interdite

 

enroulées dans le fil qui tranche

comme un venin

un feu

tes incantations  et l'entier concentré de tes danses de la vie.

le jardin est gardé

on ne peut le franchir

on arrête le pas

ligatures de mots qui ferment le venir

ceci est le bout du monde

plus loin  les limbes, les mille dimensions, le temps comme des puisards dans nos cerveaux de singes

l'ivresse des cimes ou des profondeurs dans le grand huit des idoles

 

on aurait pu dire un katana

l'exil vidé enfin de son silence

j'ai rêvé

tu venais  poser des ailes d'ombre  sur les côtés de l'île

gabarits de sommeils où bercer l'avenir

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article