Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poematique expiraTOIre

maison

Je m’enfonce. En moi. Il faut boucher chaque pore,  laquer les sens. je ferme les portes et colmate les fenêtres. Descendre dans le puits réclame que je pose mes scellées. Je  retourne dans l’utérus avec seule cette musique qui se déverse de la bouche juste dans l’oreille .

Descendre. À la recherche de la voix perdue.  Trop longtemps distraite, un étrange bruit de tuyau revenant de muraille. J’avais l’oreille collée dans la glaise.

 Reprendre contact avec le filon  intérieur. Je dois bien avoir une pensée encore propre ? Ou me suis-je tant salie à prendre l’air, contaminée par des espèces exogènes  jetées des bateaux sur le quai, par mégarde ?

Je ne sais plus.

 Il devait bien y avoir une raison de quitter mon abri et tenter une sortie ? Que s’est-il alors passé ? quelle trêve dans le combat intime m’avait fait remonter des canaux souterrains dans lesquels je cultivais des bruits d’égout, d’eau courante et de latrines ? je ne sais plus.

Une inquiétude, une oppression, un trou dans le continuum noir perçu comme ça dans le coude d’une tranchée…que sais-je.

Mais le retour s’impose et le sas de décompression .

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article