Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poematique expiraTOIre

maternité

 

 

ventre isoloir, urne close  d'une grossesse nerveuse

les  progénitures éparpillées grignotent le bleu des heures

personne ne se souvient être sorti de mon corps par poignées de sang et de peur

aucun exil ne s'est mis à couler quand je mettais au monde

aucune perfusion originelle

la mélancolie noue ses cordons à la source

j'ai dû cloquer des fils sur un lac de buée

une ébullition de songes dans la fièvre jaune d'aimer

j'aurais dû être meilleure

être mère 

ou juste être

sans doute.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article