Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poematique expiraTOIre

Fabienne Verdier

photo enlevée

 

je suis la trace du doigt.

non ..du plat de la main.

non... de tout  corps!

je rampe dans l'encre avec une sensation de creuser le noir, l'imprenable noir qui fait des trous dans tout. une déchirure dans un cadre. porte jetée contre le mur. on peut s'y glisser. choisir de serrer le ventre hausser les épaules sur la pointe des pieds. se tirer par l'entonnoir à l'extérieur de la pièce de béton, extraire son oeil de la geôle, puisque cet éclair noir vient d'ouvrir une brèche de néant dans la lumière. son corps tout déchiqueté dans ce pochoir  astral.

je sens le geste nerveux, magique, rapide, avec son énorme taloche poilue du fourbisseur d'encre, marchand  prestidigitateur  déroulant son tapis. entre!  homme blanc; prends ma porte , vas-y. laisse-toi sombrer dans le sombre inconnu.c'est ouvert.

 

et ces deux,  là devant, se tâtant, menton sceptique,  mesurant l'arnaque... où est le piège.  où est le piège?

 


Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article