Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poematique expiraTOIre

continuum

avancer. le labyrinthe étroit, je le tiens de la main, comme un fil continu de naissance. ne jamais quitter même un instant le buis qui fait le mur. il est intense, vert. dans cette douceur drue qui caresse la paume, cette odeur un peu acide, tout autour, dans ce profond secret des murs, l'avenir semble n'avoir aucun profil.

 

avancer. passer le tourniquet de la gare. multiples tas de bras, de rails dispatchés dans un éclat de pieuvre. passer la machine à distribuer les claques, les coups de pied au cul. choisis, ou ne choisis pas, mais le quai n'attend pas. il va jusqu'à Tombouctou ou Pampelune. il va jusqu'à la porte de ma chambre, il fait au plus court. ou alors m'en tenir au tourniquet qui serre et ramène la chaîne, gouvernail oeuvrant de jour en jour pour étrangler le départ. molette carcérale.

 

avancer. sous rayons X. franchir le faisceau invisible. dégoupiller mes secrets, mes importations glauques, le coeur en acier et mes noeuds à l'estomac. mettre tout cela sur le tapis roulant et les gants de latex des bons soldats. franchir la porte fouineuse, la dévergondeuse baisse- culotte, celle qui fera mon inventaire d'infortunes, ma liste d'invendus. entendre son grincement interloqué: es-tu apte à voler ou le voyage va-t-il  battre de l'aile?

 

avancer. monter un échelon. ambition de hauteur tirer ma trouille vers le sommet. chaque étape est comme une trappe de vertiges. puis cette arrivée qui tire la langue, le plongeoir bien tendu sur la soif. ai-je un choix si ce n'est d'avancer. l'échelle déjà me pousse vers le saut. quitter la grande gueule de la piscine éternelle- en beauté ou en bombe désarçonnée?  dessous c'est un autre élément et un ralenti interminable.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article