Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poematique expiraTOIre

Suisse à croix blanche...

 

Je vis en Suisse, un des pays les plus riches de la planète. Je suis au-delà des privilèges, Je travaille, je gagne, je dépense. Je suis propre et en ordre, ma maison est soignée pico bello. J’entretiens avec dame nature une liaison très écologique. Je suis fière de ma vache de mon coucou de ma banque. Je paie mes impôts, j’économise.  Je conçois des enfants qui feront un jour comme moi et seront de cette frange toute en broderies et en or de l’humanité. Ils grandiront et  se formeront…peut-être ! Peut-être …

Elle s’appelle A. Elle a l’âge des rêves, l’âge de l’avenir. Ce n’est pas qu'elle a des moyens limités, un QI un peu bas pour entreprendre un apprentissage,  A. Non, quand elle parle, on sent bien qu'elle a cette subtile perspicacité des gens qui en savent déjà si long sur nous, sur moi, sur tous ces autres auxquels elle doit confier son destin. A est simplement malade. Elle souffre d’épilepsies diverses, parfois d’absences, parfois de somnambulismes. Cela lui arrive oui… parfois. Pas souvent mais quand même… A.aimerait apprendre, tenter d’acquérir l’indépendance, pouvoir un jour décider de ses jours,  de ses actes. Comme je le fais moi,  Suisse et si fière de l’être. De ce pays qui ose pourtant ne pas donner droit à une formation à des gens parce qu'ils ont un handicap! Oui, un fonctionnaire a trouvé très juste, solidaire, humain de priver A. de formation. Il vaut mieux la mettre directement au placard des invalides car à quoi bon lui donner une chance, à quoi bon investir pour cette malade, un argent qu'elle sera –assurément, boule de cristal !- incapable de jamais ristourner à la société.

Comment oser regarder A. s’éloigner vers ses lendemains estourbis d’un coup si  ségrégationniste ?  Les droits de l’homme, ceux de l’enfant ici…? Vous rigolez !! Pas d’argent à perdre pour ces conneries.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article