Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poematique expiraTOIre

rien à redire

je me mets à la table comme il faut bien se mettre quelque part, comme si une encoignure de ventre s'y était inscrite et que c'était là que je devais encocher le temps, mécanique de précision qui n'attend pas.

 

c'est l'engrenage à dents. je me mets là, j'active la ligne  ou  réactive la tension. il y a des jours entiers où je n'ai jamais de secousses de contact, prise foutue. ce sont des séries ratées sur le tapis déroulant.

je me place dans le courant, j'attends que ma voix me ramasse.  autobus bondé autobus bloqué. rentrer dans mon intérieur tient presque du sublime du miracle.

 

sinon je reste  à la porte, j'espère que le guichet s'ouvre à nouveau et que le molosse qui garde le poème me laisse me faufiler.

 

descendre ensuite,  descendre en suies, dans le mystère, tout cranté d'escarres. m'abîmer les yeux et chercher ma voie , cette fois.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article