Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poematique expiraTOIre

poète

tu ne vivais pas parmi mes hanches

mais ton front posé contre ma bouche

ensemençant les steppes du poème

j'écoutais grandir une souris qui danse 

quand nous mourrions ainsi  accouplés d'épaules

à remonter chaque nuit et chaque aube

nous tentions de regards affamés

d'écarter la vie

d'y voir nos ombres

nos portées et la longue jupe des heures trépassées

on balisait l'amour à l'envers

mais seuls nos rires s'embrassaient

bleus

ô temps bleus

je renâcle à te laisser mourir

je renâcle temps

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article