Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poematique expiraTOIre

matin

prononcer encore le matin

cette rousseur fauve entre des ciels lilas

un lâcher de grenaille sur un vol d'alouettes

la mitraille d'espoir  en  claques de moulin

l'eau tourne et me puise et je glisse et ça tourne

offrir mon corps aux embrasses du vent

je dois être l'unique mendiante des tempêtes

 dans le flou de douceur des moins que rien de l'air

je choisis ma fenêtre dans des robes écrues

des broderies de seins  des lacets de poignets

mes balafres intimes pour uniques bracelets

et me contemple nue 

transparente présence dans un bouquet de sangs

 

prononcer le matin en dialectes étranges

à faire lever  des sexes sous des magies humaines

et encenser les corps

balançoires de jardin

épousailles des lèvres et de la main 

sans voix

le matin est à l'autre 

me nargue d'éternel

son trophée de haute lice gagné à la lance des mots

il vivra ses belles aurores pendu

un athlète de ciel et sa médaille d'or.

 

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article