Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poematique expiraTOIre

langages

 

 

 

tout le monde parle même les oiseaux qui turlutent sans fin à embrouiller les portées. il y a tant à dire au monde

et si peu à donner au murmure

j'entends ces bruisailles ces froissements de ramure et ces agacements partout de la tête qui tournent et retournent. tous les échos tous les éclats ce pétillement des obus du silence aux oreilles inhumaines.  ce champ éternel où éclosent leurs bouches,  coquelicots éphémères au bout des circuits d'ordinateur.

et si peu à cueillir d'un doigt sur une haleine

tout le monde lance là-bas son boomrang. l'invisible épaissit à pétrifier mon regard

et si peu à abattre  les murs

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article