Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poematique expiraTOIre

journal 107

que pourrait-il donner encore mon corps? que pourrait-il sortir encore, qui n'a déjà senti la perte lente, cette dispersion, cette échappée du soufflet de l'âme?

que pourrait-il exhaler, qui caresserait tes doigts ou tes cheveux? n'est-il pas comme ces papiers de parfumeur en train de ventiler à grosses bouffardes les dernières épices, les boisés de mon bois, les agrumes de mon ciel, les muscs blancs? 

que pourrait-il nouer encore mon corps? chacune de ses épines est émoussée jusqu'à la tige. ça n'arrête même pas des vieux crins qui voleraient dans les bas-fonds de l'air.

griffer? griffer quoi, ce corps qui est des écailles tondues, raclées, qui est des adhérences lissées, qui est usé comme celui d'une sirène chauve ?

à quoi pourrait-il encore être utile? arrondir les os, retailler les pointes de la danse, ripoliner quelques brillances, restaurer les postures de chattemite...?

et puis quoi? l'étagère d'une exposition "prière de ne pas toucher" ? mes alarmes ne le rendent pas précieux pour autant.

donner servir nouer tenir... il y a des trains entiers de verbes qui n'ont plus que des conjugaisons passives. le corps assis sur la fumée de la loco, je joue au scribe indien.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article