Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poematique expiraTOIre

fonderie

souffleur-verre

le désespoir à la vitre
glisse comme lierre gris
cendre d'une lueur qu'on cherche à aspirer

ce vertige de chute et d'air perdu  enivre jusqu'aux yeux

la gravière des mots fait sablier
et mon temps, prisonnier à jamais du verre et des souffleurs
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jean-Mi 24/01/2010 10:47


Sans mentir: j'ai vu que, dans un vieux sablier oublié, immobile depuis des temps immémoriaux, une toute petite fleur avait poussé.