Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poematique expiraTOIre

et puis ce silence qui se suffit de lui-même...

me donnerez-vous la chance de me taire, désordres dans la tête? un silence qui ratisse le dos sournois des cailloux blancs, fissures de soleil et ces âmes d'ombres?

me donnerez-vous quelque chose de lisse, un entretien avec "le peigne dense" au sommet

des anges?

je suis pour les esprits fous, pour les incendies de cafetière, que le rouge monte aux joues de suie. je suis pour la brûlure circulaire des mégots que l'on tire dans l'univers.

je suis favorable.

je les dépose ces faveurs comme des noeuds sur le cou, papillons de chanvre. je les ouvre ces faveurs, ça fait des papilles à déglutir et des chiffons de papier.

la chance de me taire, la bouche tirelire qui ne casserait plus son chant. baiser parfait dans la paume. les étouffeurs et ces danses caduques comme des feuilles en fin de course.

je suis pour les orages sans énoncé, les tables sans matière, les chevaux à cru.

pour la tonte des osiers de mon crâne, l'arasement des haies vives.

pour la restriction des temps, pour le gaspillage menotté des montagnes de salive.

je suis d'accord.

un accord cédé à la gachette, détente dans le lit en chien de revolver.

pour la retouche des hymens.

l'aiguille peut recoudre l'ourlet du ventre. tenter un viol frais.

(laisser dedans son scalpel et des cotons tiges et marquer d'une croix le trésor sur la carte)

me donnerez-vous ma chance, désordres dans ma tête?

ressort sans plus de nerf.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article