Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poematique expiraTOIre

diable

je suis à terre, les vastes moissons s'accrochent à leur soleil 

ça pique un peu partout, ça dresse ses lentilles, le phosphore du regard des ocelles d'oiseau 

les grelots des chardons baisent les gypsophiles, bleu tison remuant sous la cendre 

me voici vaste énorme, toundra de porcelaine, une vasque vaginée au mycélium secret 

enfoncée dans le sol jusqu'à plus de tombeau 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article