Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poematique expiraTOIre

Bruxelles 7

Art nouveau. la ville en est faite et fêtes. partout. les bourgmestres de ce temps-là avaient -ils donc le sens du beau ? la ville est grouillante. c'est le principe capitale.

j'observe mes rudiments humains les bribes inabordables qui traversent mon existence sporadiquement. le trottoir est bavard. je croise des regards, des visages, des sourires parfois. mais qu'ont-ils jamais eu à faire avec moi? tant d'hommes et ces gens que je songe aimer et qui échappent au toucher et aux sens. je n'ai que la tête pour accomplir des liens, ou alors les pieds...? lequel d'entre ces cohortes, lequel, existe vraiment selon moi? personne. personne? tandis que je me remémore comment l'humanité fait des fils pour calcifier l'amour et l'incruster dans sa propre petite vie. accroitre le peuple du monde et imaginer avoir mis au monde l'amour? je ne voudrais pas charger les miens d'une telle lourdeur. comment survivraient-ils au désamour exsangue qui fut le mien...?

ne valent-ils pas mieux que ça, que ce faux compte rendu à l'amour? ils valent la liberté, la force libre de la Vie qui traverse des corps et met tout le reste en herbes. oui,  je songe à mes lianes. beaux subtils intelligents et si sensibles que je devine bien qu'ils vivront des heures dures et d'autres belles et uniques, sans que j'y sois pour rien.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article