Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poematique expiraTOIre

adieux

 

combien de mots

 

tous si tristes

gercés

minons de vieilles laines

sous le lit de l'amour

        le mal que cela prend de vider la chambre du mort

oh non! ce ne sont pas des images

mais le résidu vrai des existences

stalactites écloses comme des cotons dans le champ amer

l'âme est une piaule comme une autre

il ne restera rien

un calcaire miteux parmi les fibres et les falaises

un flocon pour encartonner le départ

une symphonie  tombe en cendres

chaque grisaille, chaque sécheresse brisée

le miroir ténu de nos dépouilles

et sous le pas qui reste

ces rugueuses concrétions de craie

les mots  d'un avenir fakir

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Fernand Chocapic 14/03/2012 13:48


C'est parfois avec des minons de vieilles laines que l'on tricote les plus beaux pulls ...

annaj 14/03/2012 13:51



et parfois on retricote des changements de mots et on oublie ce qui devrait être réajusté et avec ça..on s'habille d'erreurs honteuses