Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poematique expiraTOIre

promenade sur l'île

il y a plus d’avenirs dans le jamais que dans ce toujours.
ces mousses sur les pierres sont des neiges levées du sol. la buée de ma bouche fait des passerelles sur les courants d’air : la grâce est une prise de tabac dans la souffrance globale, une écume sur un peu de pluie. seule ma bougie prie tandis que je marmonne.

je me devine, prophéties de salon, dans l’état coloré de mes humeurs, me savoir dans le corps entier endolori de métaphores, les porte-fumées.

me débarrasser de ce à quoi je tiens et ne jamais connaître la paix. errer parmi les pierres et leurs écailles pâles.
j’essaie d’enfiler ma folie dans un tuyau, je la pousse dedans. canaliser son édredon, beaucoup de plumes qui résistent et volent.

l’hiver est plein d’oiseaux. il ne supporte pas la blancheur de son propre chant, sans doute et sans soleil, aussi incongru qu’un rire dépossédé.
la lueur se vidange avec les larmes et le fleuve serait une tombe parfaite pour le feu de tant de cendres,

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article