Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poematique expiraTOIre

vies

 

quand tout était simple

qu'il n'y avait aucun passeport dans les barbelés du vent

quand  nous étions libres

avec des vapeurs de fontaines  le cresson frais de vivre

quand tout était simple

posé entre les mains

ma robe fine et ces bretelles pour nous perdre

et ton corps sous mes dents savoureuses

quand nous étions libres

laideurs ordinaires sans le moindre précepte

exclus sereins des lois et desordres

avec ces armes de désir toujours planquées sur la nuque

quand nous étions libres

rôdeurs limés d'érosion granits abolis de la mer

simples humains sans dieux qu'un arrière goût d'étoiles

simples

mortels assurément

avec dans nos poches le ticket sombre des bétaillères

et palpitant secret une eau de silence sous la peau

quand nous étions libres

à l'amour

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Cathy 23/01/2012 17:50


non, non, mieux que ça ;-)

Cathy 23/01/2012 10:20


ils sont magnifiques tous ces poèmes, toujours profonds mais comme pacifiés, ils en prennent une majesté...

annaj 23/01/2012 13:01



Madâme quoi...;-)