Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poematique expiraTOIre

que de haines

 

posé sur le front du matin le bracelet des mots qui dorment.  mais que passe le flux des respirations secrètes... "la mort n'existe pas" me tape aux tempes. dans l'occiput, une injection d'Autre Part, brûlant les méandres du rêve, les grises conduites où circulent ma soif et mes ovules involontaires. je désespère d'aimer d'une transe spatiale, avec des ressacs de salé et d'eau de pluie. partout la haine s'agite. les pouvoirs inassouvis et ce goût impérieux d'être vainqueur. partout les bouches pleines d'étoupe les lacets de cou et cette humiliation spasmodique. pauvres chairs soubresautant électriques au-delà de leur exécution. ces mots je les dis, les gencives douloureuses, l'astringence citron, la peur au thorax.  ne le répétez pas fort et haut, cela déterre les extrêmes lames, les faux d'amour. prenez garde.articulez tout cela à peine sous les yeux. prenez en connaissance oui mais refermez aussitôt ce grimoire indécent. partout et au volcan même de mon désir, une traînée salie d'ombres recouvre mes sangs et mes palpitations. j'ai déposé mon amour entre des mains trop pleines et je le vois chuter d'un sable tumulus.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article