Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poematique expiraTOIre

orage

le ciel est jaune, toile cireuse. parfaite tendue pour un orage à venir. Pollock fera le travail et j'attends. des giclées noctambules, du "papet" d'au-delà, des flaques qui tomberaient comme des oeufs, juste tout autour, du hachis d'arc-en-ciel. j'ai chaud. est-ce d'avoir croupi entre les murs, d'avoir tenté de saisir entre deux ongles des fragments de rayons perdus sur ma table? pauvre imagination! travail à la quittance, avec ce rationnement perpétuel, ces petites doses calculées à la balance d'apothicaire: jamais un mot de trop. ni un poing dans la figure. tout est poli, juste derrière la vitre là-bas,  loin, très loin, dans cette distance de bonnes manières qui rend les textes lisses et jointifs ..tout colle à l'évidence.  je fais du temps mon conscrit, mon tambour, martelant la vitre. il  a des pas cadencés, avec ces épouvantes crissées depuis l'éternité,. une flottille de craquelures dans le noir. et moi qui reprise la nuit en fermant les yeux! je n'aime pas entendre les braillées nues des dieux muets, pas voir se fendre la peau de l'univers. j'ai mal d'impuissance.mon corps est un orage enfermé dans un sac et mon oeil faucon, un puits d'explosifs

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article