Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poematique expiraTOIre

ogre

et puis comme une visite à l'improviste

un sage touffu de pétales

à l'index levé pour faire tourner la lune

au chapeau aussi large qu'une colline verte

un humain rarissime

germé d'un reste de cendre d'une poudre essentielle

déboule en canne à pêche

 

il plante dans mes os

des mouches des libellules bleues et des élytres

fixe le fond de l'eau sur une toile folle

et attend de patience de ferrer les moineaux

 

il déchire le béton armé de jours

comme un simple papier

brasse les montagnes et éboule des bijoux

 

il profère son silence et j'entends que c'est tout

ce tout insécure 

le piège des oreilles

où un coeur pourrait tenir debout

 

son village est dans son sac

son pays en chevelure

et la grande caverne de son ventre aux abois

est la place de fête d'un tournois saltimbanque

 

j'explore cette peau laissée en parchemin

cette odeur de chaux qui le file

blancheur noirceur couleur

 traces ou filigranes 

pas sans bruits et sans buées

 


les boues ont séchées les masques du mensonge

la nuit quand il conduit mon van de sorcière

qu'il fend ces fagots d'esclave cerclant le paysage

que sa fatigue le rend nomade lourd

sans attache que les brides du vent

que je suis si petite d'avoirs 

si friable roselière

la nuit

se célèbrent des noces d'épaules 

en soute de fleuve et de mystère

 

 

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article