Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poematique expiraTOIre

le jour du mort

ai-je le choix? me taire ou alors... c'est le jour du mort et l'ancien matin se plaint dans les murs.  dois-je revivre ça ou dépasser ces pellicules de l'aur-heure? jour  de chrysanthèmes, c'est bien ce 27 octobre qu'il s'en est allé, le père. j'essaie de ne rien retenir. mais cette écope à souvenirs, cet outil greffé sur la langue ne semble jamais pouvoir rien évider. monter ces escaliers cent fois grimpés revoir ses jambes maigres sur le sol , comme des perches d'amour tendues depuis la mort. et comprendre à l'arrache que sous cette carapace de chair grise mon père a tenté d'enfermer son dernier souffle. solitaire toujours même là. oui, sous mes yeux, ce corps, qui n'en a jamais été un dont j'aurais pu retenir une chaleur,  mais dont je ne cesse de revivre la glace dure.

ai-je le choix? me taire ou alors.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Bruno 28/10/2012 18:48


C'est un vide que l'on nous a appris à remplir, bien malgré nous, et qui, comble de la relativité, nous déchire. Peut-être qu'un jour la science découvrire le chaînon ADN du silence obligé, de la
portion du génome de cette incapacité à projeter, à exploser, à couler ses pensées, ses sentiments, vers la vie. Une tare qui nous va comme un gant cousu sur le derme, comme le mono-sourcil ou le
cheveux noir ou bien encore le regard gitan…

annaj 28/10/2012 18:53



scier ces mauvaises branches de l'arbre généalogique et être libre et non enchaîné à des maillons de malheur et de vie au rabais.ne garder que le bon et ce qui nous correspond. doit-on re-vivre
leur vie ou essayer  la nôtre? et si j'ai si mal à la vie, vais-je simplemnt dire, je suis née avec ça...?



Bruno 28/10/2012 18:32


le 27… un peu comme le second sept, de ces 7 qui ont tressé la famille, liant ses membres autant que les déliant. Un 27 sous la neige. Un jour à rester chez soi, à s'enfermer dans son souvenir ou
à le ressortir pour n'en garder que le vide, c'est à choix ou non-choix. Et ce silence qui est toujours le nôtre…

annaj 28/10/2012 18:34



oui  mais  le silence vaut-il les mots qui manqueront toujours..comment le savoir? on garde ce qui nous tient debout, le reste doit s'en aller.



justlikeme 27/10/2012 08:29


s'il est des choses à dire/écrireau coeur de la mousson, celle-ci en est une.

annaj 27/10/2012 09:03



écrire le froid, mon père homme si "orgueilleux" face à terre, à genoux devant sa mort, sec dur  tel que je suis la seule à l'avoir vu. mais ..était-ce encore lui ou déjà plus personne?