Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poematique expiraTOIre

être

 

 

 

Je ne suis pas  ta rivière avec des morceaux dessus, gruau de gelures, ni soupe originelle de laquelle on tire sa louchée d’amour. Brassée de restes de fracas et du bruit incessant des chutes.

 

Suis la mousse à peine, la source qui ne sait pas l’embouchure, dé à coudre du venin essentiel

 

Je ne suis pas l’espace, l’immense, la tranchée de bitume qui va à  Guipuscoa, l’étendue qui respire horizons grand ouverts

Je suis le chas, le pore, la piqûre, le point d’émail de la mosaïque, mais profond, comme on pourrait le dire du noir qui tient le blanc.

Je ne suis pas l’azur, le bleu supérieur qui donne à la tête des envies de voyage, l’apesanteur ou l’ivresse en ballon d’oxygène.

Je suis l’alvéole collante, la plèvre la « tamise »  des poumons, un ou deux crachats et beaucoup de tombes pour me rendre à la boue.

Mais crois-moi j’aimerais, oui j’aimerais, dire : je vis

 

dualité3

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J

1 minute 51 au coeur du puits sans fond d'un volcan.


Quant à "l'unique trait de crayon" il est d'une très grande force, avec ce masque aux yeux bridés & aux longues oreilles.


Que dire de plus ?
Répondre
A


en dessinant, je songeais qu'il est parfois nécessaire d'user d'un masque pour protéger la paix  de son humanité fragile