Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poematique expiraTOIre

Bruxelles 4

permission de lever l'encre. jeu de mots facile mais n'est-ce pas ce principe qand il s'agit de porter son pas vers ailleurs et de ressentir en soi une sorte de mal de mer, de vertige d'île inhabitée vers laquelle l'exil vous pousse. lever l'encre, et savoir revivre dans sa peau un abandon crucial, un bruit lointain, ancien de déchirure et qui toujours se ramène et toujours remonte, conduit par des bourreaux neufs, jouant avec tant de plaisir les reprises de torture. comme se sentir si fort si puissant d'être ferme d'être soi, sans besoin de rien ni de personne. j'enfile ma casaque de travail, je pars en voyage. moi seule sait combien cela me demande de combats de lutte au pas à pas  mais j'y vais. je ne manque pas de courage et que dirais-je plus loin...n'avoir jamais croisé sur ma route que des  regards baissés et des dos parfaits  et lisses que rien n'a jamais pu froisser ni courber?

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jean-Mi 24/07/2012 19:53


Bruxelle ne bruxellerait-elle plus, comme le hurlaiit le grand Jacques?

annaj 24/07/2012 22:12



oh! que si ..je viense débarquer et c'est déjà un hurlement de bonheur;-)