Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poematique expiraTOIre

8 mars/ de ces femmes, mes soeurs...

lexcision.jpgle sais-tu

tu es de la multitude des femmes-ombres

désenvoûtée de la vie une lame entre tes cuisses

un burin malade pour étêter l'envol

au nid de tes douze ans

quand ils ont saisi à ton sourire neuf

à cet air fragile qui te donnait des ailes

que tu étais des oiseleurs

ils t'en ont voulu sorcière de ton corps

ta mère qui avait encore ces mêmes cicatrices cousues à la peau

ton père qui gardait de son bâton le jardin du ciel

tes frères jeunes coqs au vol lourd et sans voyage

le sais-tu

on a défiguré la vie et l'amour

même aimante, quand ton corps se souviendra du paradis

affolé égaré dément

sur la piste perdue du désir

révulsée de ces cris qui  croupissent en toi sans aucun espoir de mitrailles et de fontaine

quand bientôt lasse de revivre le sac du plaisir

tu compteras les viols qui bourrent l'âme et dépiautent la lumière

tu glisseras alors dans le royaume des mânes

tu feras sur la Terre cette blessure noire des esclaves

celle des chevilles de fers

celle d'une haine jamais nommée  qui  donne une vie de trop

 

ô petite l'oiseau de l'amour est mort

rentre dans ton souvenir

retourne dans l'oasis ancien de ton enfance

des ailes douces couvent pour toi un secret

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article