Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poematique expiraTOIre

17 déc.

  toujours des soleils

mais ces cycles sans fin qui postillonnent dans mes paumes

je prépare mes mains au labeur saisonnier

la portance des phases qui défilent

mes terres vocalisent dans des octaves tempérées

ici on a froid et puis chaud et des échelles sous les arbres

on sinusoïde à nerfs vifs la rame biellée

  toujours des lumières  tombantes drues comme de la pluie et des moussons

mais  ces coups de vent qui épongent ici le ciel

à tour de bras et de moulin

cette pousse lente

cette mort lente

ces pas de quatre pour chaque vie

  toujours  la jeunesse et puis la claque vieille

par deux dis-tu

comme les mains qui t'embrassent

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article