Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poematique expiraTOIre

journal7

 

Fratres version beat'..

 

 

le voisin en connaît un bout sur les choses. il parle il converse. est-ce ainsi que l'on dit pour ce long monologue qui déverse son fleuve tranquille?  il trouve que le temps passe plus vite en ma compagnie- sa propre compagnie veut-il dire. il a en tout cas rencontré tellement de gens célèbres que je me demande si je ne vais pas le devenir. il a toujours eu le nez,  si c'est pas un indice, ça? j'écoute en fourrant le mien le plus souvent possible dans mon manteau, histoire d'oublier le froid que j'ai entre moi et moi.

 

l'homme au cigare, pense-t-il à m'enfumer, à m'inonder de poudre de havane. j'avais mis mon"auréole hâve" pour m'en venir, que dois-je enfiler pour le retour. il voyage gratis avec un petit goût âcre et des feuillets autour, entre réalité et métaphores. penché vers moi comme auprès d'une complice, il me susurre qu'il n'y a pas plus de mal à téter un clou de cercueil qu'à baisouiller le museau d'un baveux pékinois. je regarde sa bouche toute arrondie évoquer entre deux légers spasmes ce plaisir so nature d'un cercle nuageux qui ferait des tonsures parfaites sur ces nuits de touffeur. que n'interdit-on point la zoophilie, plutôt que l'accès bluenote au calendrier des pompiers?

 

le train recule il avance il manoeuvre. après tout c'est une danse comme une autre et cette faculté  soudain donnée à ce convoi de revenir en arrière est toujours bonne leçon à prendre. j'écris, cela vous pose une femme même si elle rédige la liste des courses.

le temps passe, je roule. je me les enroule. quelque part dans ce train des membres de ma famille  que j'ai vus avec effroi arriver sur le quai il y a deux heures.... m'en aller si loin pour cette tenaille intenable. je me marre.

 

et puis à l'arrivée, tandis que je patiente pour une correspondance, josuah des sébiles s'approche. il a faim me dit-il. paris lausanne et la soupe est toujours servie à toute heure du jour et de la nuit. il est si poli si convenable si joliment vêtu que je sors un repas de ma poche.  aujourd'hui je suis notre-Dame des restos.

il pleut

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article