Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poematique expiraTOIre

journal sous étreinte 58

Il dit que je ne dis rien. Que les mots sont des mots et qu’ils ne m’appartiennent  pas. C’est le hasard qui les fait sortir de ma bouche, la parole est bien au-delà des corps. Ça vient de derrière l’univers presque.

peut-être a-t-il raison… ?

Il y a une forme de mensonge à écrire la vie car la vie est ailleurs, il dit.

 mais peut-être a-t-il tort… ?

J’écris comme on ouvre la porte ou la boîte, je décapsule.  Tête bouchon à faire péter au plafond. Il y a des jours où les bulles sont énormes et s’écoulent partout et puis des jours de vin huileux. Rien qui s’échappe.

Quand on tient le rôle de barmaid, ce n’est pas évident de savoir que les clients ont toujours soif et que tu ne donnes rien qui les satisfasse. Mais en fait,  ils  ne viennent pas forcément pour les alcools. Ils viennent pour mon cul, mon corps, mes seins qui balancent, petits shakers du désir. Ils en veulent à ma chair, en veulent à ma voix qui taxera le plaisir.

Ça fait 4 balles 50, s’il vous plait...

J’écris comme ça derrière le zinc, à l’ouvre- bouteille, à la manette pression, au verre...

  Je veux un pourboire  mais c’est moi qu’on vient bouffer et sucer, la langue au chalumeau et les joues aux glaçons.

C’est comme ça écrire. Croire être le vin mais n’être que la fille du comptoir

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

jl 22/01/2013 14:28


bien "belle" barmaid dear Annaj.


Barmaid des mots, ça fait rêver de mots-alcools et de tout ce qui tourne... tout autour.

annaj 22/01/2013 14:36



..oh! JL je crois que tu sais mieux que personne combien je suis "malade"...