Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poematique expiraTOIre

tête en fers

 

sur une musique de clint mansell voix annaj

 

 

je coupe les cheveux de mon âme, les anges ne sont plus d'accord pour mes boucles et mes noeuds coulants.

 

je le fais à la grosse cisaille. ils sont durs comme des roseaux qui s'inventeraient un étang.  il faut appuyer fort, serrer ensemble, joindre les mains comme si l'on voulait prier et attendre ce craquement lugubre des lames. 

c'est toujours une image terrible que celle de ces femmes saules qu'on tond sur les minables places des vengeances. parfois j'ai mes osiers qui tremblent de sentir tous les moignons ligneux des cicatrices passées, ces expériences, ces moments où il faut comme toujours solder l'aventure et payer l'écot. dans une autre vie j'ai forcément trahi. cela ne se peut autrement. je suis bien trop faible pour la pureté des idées et des actes.

je coupe je tonsure. je retourne à la laideur, celle qu'il y a en chacun de moi. je vais à ce rendez-vous avec mes erreurs, mes fautes peut-être, avec la faiblesse toujours et le miroir.

à la cisaille je dépare mes idées de toutes vagues. les anges seront privés de connexion, un temps.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

jl 23/01/2013 17:11


cette lecture bouscule l'âme, la voix exhausse le poème !


 

jl 23/01/2013 08:59


au rayon des coincidences :


Pascal M. cite Bauchau, hier Bruxelles rendait hommage à Bauchau et WL y faisait lecture, hier encore, "au hasard de connivences" en faisait sa note du jour...


Tu devrais peut-être approfondir "ton" Bauchau...

annaj 23/01/2013 09:02



qu'est-il en effet venu faire hier  dans ma journée..? pourquoi. comment...


je vais y repenser merci JL



justlikeme 23/01/2013 08:35


Saisissant que ces images d'un autre âge reviennent en ta mémoire et poussent ta plume sur ce chemin flamboyant des mots, de tes mots plus exactement, ceux comme "fils de fers" barbelés de la
cilice que tu endures au tréfonds...

Pascal Meunier 22/01/2013 22:09


Faire en tête / tête en fer/faire dans ce sens , sans dessus dessous, aussi quand on a comme toi tant à dire, et à créer. Beau texte, qui dit ce que dit Bauchau... heureux les Déliants! Couper,
dénouer, libérer pour habiter la ferveur! Heureux de te lire, c'est dur mais c'est fort et beau.

annaj 23/01/2013 18:35



je pensais avoir répondu ce matin à ton commentaire..mais j'ai dû faire une fausse manoeuvre... je te parlais du lien   http://jlmi22.hautetfort.com/archive/2013/01/18/a.html  où un
article fort interessant était paru et écrit par Lambersy