Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poematique expiraTOIre

entre porte et ciel

Il coule du vent dans les herbes, de grands drapés de fleuve, froid argent des cascades. Je glisse ma peau à sécher avec les chaussettes sur le radiateur. Je feutre parmi les laines et les tricots troués.

Il y a toujours un voyage  d’avance dans les poèmes de souliers.

On m’a annoncé un avenir fluide avec des talonnières remaillées. Je mets pour l’instant mes débattues à fondre, impassible non passante, fixant le souffle remontant la colline avec mes saumons de pâturages

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article