Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poematique expiraTOIre

dissociée

à cheval d'effort,  le ciel jute j'atteins la limite de montée des eaux et peux m'attendre à être mouillée. il ne suffit pas d'invoquer les déserts ou les chaleurs pour mettre sa noyade à la porte. je me regarde tenter encore, pour un rien de folie, une obstination ténue, de passer outre ma chaîne, ce pas qui bute... j'ai quitté mon corps depuis un temps déjà et je surveille, d'autre part, mes essais idiots de rompre l'acier. vanité.

j'ai tranché tourné, comme du lait caillé, divorce de raison. d'un côté mon âme qui passe comme un oiseau sur les semelles du jour, -elle, assise peut-être sur des branches de ciel -et puis de l'autre, lui, temps lourd et vide à ras du bitume.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article