Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poematique expiraTOIre

des écailles par poignées

J’ouvre le document 1. page blanche. je vais y pondre mes cailles, jeter la limaille de clavier, des taches, des mouches tout ce qui me tient encore et que tu ignores. Tu devrais songer à quoi en est réduite la beauté qui semblait sans fin jaillir  à te voir et à quoi cela ressemble maintenant : du picotin de pigeons, le guano du ciel. plus de manne céleste.  je suis atteinte de laideur, malaxée , dans le pétrin. Tu regardes ça  avec un fouet  pour lacérer l’ennui. Tu t’en fous. C’est le juste prix  d’ailleurs  cela ne valait pas grand-chose. Je m’enroule dans ces médiocres, ces mauves, ces feuilles de verdeur, je me tapisse des odeurs amères, des froissements de moelle. Des nippes, de la friperie de cortex. Tu passes, tu regardes ailleurs, tu n'y songes même pas. Et j’entends comme un sourire qui fend l’air , supersonique  à bousiller mes tympans et les ventricules de l’amour

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article