Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poematique expiraTOIre

au final

j'écrivais, toi tu n'ouvres plus tes lettres. elles retournent dans l'implosion grave. les mots nourrissent un autre univers qui se construit lentement, planète  faite de noeuds de douleur et d'un désir paralytique. cette cavité spongieuse calée entre mes côtes que j'emporte,sac du rien et qui me penche poitrine pliée, nuque basse à terre. tout ce silence  érase mes écritures et les saigne.  lourdement, ta part dans le ballant de ma vie m'oblige à glisser d'une  absence vers la folie. serais-tu du côté  des sans poésie rangé sur l'autre bord et me regarde sombrer?  les mots  poursuivent l'érosion du soleil

des amours qui meurent c'est le banal au goût du jour

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article