Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poematique expiraTOIre

eaux

Que je grimpe les rideaux  de tous ces foutus souvenirs et je me sens ivre de n' en saisir aucun.

Je fais de ma pensée une cage , une cage  morbide et puis douce aussi, tellement, qu'il me faut sans cesse y revenir? Quand bien même

Je prolonge de vieux orgasmes en trajectoires. j'y'aurais perdu un savoir primordial, une formule, une martingale quoi, un simple mot d'amour…Je refais ces détours, ces virages à angles obtus, je ne sais plus. Et quand je m'assieds sur le lit et que je sens venir le triste sommeil, je me dis encore ouf, il est temps d'oublier!


Le vainqueur du passé, ce n'est pas moi. Oh ! Que non ! C'est le coma, l'amnésie et cette sensation du cerveau qui cuit ses os et ses épines. Je tremble ou alors je visionne des mirages. c'est flou  et  je trie l'eau des flots de la rivière.

 

L'amour est à la perce . on sent inévitablement une montée de ruisseau, un jeu de source qui vient. La gorgée de l'éponge est bien meilleure que n'importe quelle bière ! Je n'hésite pas. . Je suis de ce monde-là, du désert humide.

Les femmes devraient plus souvent ouvrir leurs cuisses, le ciel se chargerait bien volontiers de caravaner leurs fleuves.  Je ne désespère pas de mon jardin mais s'il y pousse quelque chose, ce sera des poissons et des quartiers de cerfs. 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article