Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poematique expiraTOIre

médaille

clos d'oeil, j'ai mis mes moutons de nuit à paître. pyjamas bleus et enveloppes de coton. une bergerie de fantômes avec des chiens et des échasses. je compte sur ta main une venue en pétales de marguerite. et une et deux jusqu'à passionnément - je m'arrête toujours là avant que ne vienne la folie des pas  du tout- tu sais combien cela me rend triste et liquide.

je range lentement le jardinet de jour. mes serins, mes venins et le chat qui me rentre dans le plexus solaire, je range mes moulins, le vent, le désintégrable avant la nuit. c'est toujours une histoire de loup qui rôde et de soupe pas finie. : une peur petite qui dort le jour et puis se réveille. quand tu es eau soleil tu enfles ma solitude avec des seringues et du poison. inoculée de toi au revers de médaille

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article