Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poematique expiraTOIre

d.25

Je ferme les yeux, profil tendu.

Regarder le ciel droit devant.

Je subis. Le poison est à fleur de corps, palpitations incrustées. Oh ! oui le monde est bien le plus fort, matières lourdes comme des métaux aux douleurs orgasmiques

 le creuset des genèses- dois-je m’accrocher à ton regard

Le monde n’en est pas à savoir. rien ne se calme jamais, vraiment. Rien d’humain pas d’apaisement. Juste peut-être un instant pour respirer, juste un instant, comme s’il voulait accorder une légère palpitation à ce fragile qui naîtra –forcément- un jour. Malédictions et déluges. J’ai toujours eu peur de mourir noyée.

Prendre ses forces.

Férocement tellurique, férocement météorologique, élémentaire, chimique.

Je ferme les yeux. L’orchestre n’est que grandes brassées sauvages. L’énorme purification des morts sans fin.

cet usage des cordes

cet usage des cuivres

comme des ordonnances, des prescriptions divines

 -Les anges ont -ils tous des trompettes ?-

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article