Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poematique expiraTOIre

anonyme

un loup sur son visage, cachette ou cache-cache. à ce jeu, les mots résonnent nus et n'ont pas d'histoire. ils iront, colin maillard, à tâtons d'os mettre leurs figures sur la première qui passe, comme les poussières et les ailes adhèrent aux ampoules. attraction essentielle. les mots  bourdonnent dans le vivier silencieux, banc d'écailles gitant dans la lumière. je cultive surtout de l'eau, bien avant ces organismes minuscules ou grandioses, ces humains, mes autres à bord du miroir. matière première, matière fermière. je pose mon pied  dedans, on suce mon voyage. je trempe mes jambes, on solde mes échasses. je m'y écarte doucement et des spéléologues à la lumière intense. et si mon cou, alors tant de frétillements de seins. avant que de perdre là mon souffle et mourir entre deux portes  graves, deux éléments rêvés

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

zakane 06/07/2012 05:37


... il n'y a pas de filet, ou les mailles sont larges / pourtant nous sommes pris dans la nasse des mots / les masques ne tombent pas même la peau arrachée / nous sommes comme ça, à daigner
chercher ...

annaj 06/07/2012 05:40



...c'est comme boire  les mains en coupe au goulot des fontaines.