Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 mai 2013 7 05 /05 /mai /2013 06:18

 

 

Qui fait quoi au portique de ma solitude ?

Mon  image se tient à califourchon entre les stèles à saints et les niches à pigeons. Tout en haut de l’immeuble. Flagornant et piaillant je ne sais trop quelles litanies et quelles oremusparty à deux pas de l’église.

Que je voudrais avoir le pouvoir de ma méchanceté, active donc, efficiente et rude, écorchant les autres, tous les autres qui me laissent seule, dans leur globalité- l’individu étant, hélas, toujours tolérable à mon goût-. Ils sont si peu conformes à mes attentes.

 

Pourtant j’attends.

Avec près de moi, l’image surprenante de deux paires de chaussures accommodées en tête-bêche par une main inconnue sur le seuil de mon appartement. Ajustées serait le mot idoine. La latte de bois est étroite. On ne saurait rien laisser là qui n’y soit, en fait, volontairement posé.

Alors j’attends. Croyant déceler dans cette représentation, un signe, le symptôme d’une visite.

 

Ces chaussures sont les plus féminines de ma collection. Des souliers à hauts talons fins avec une petite sangle pour emprisonner la cheville. Et puis une paire de sandalettes en tissu brodé ton sur ton. Je ne les porte que dans des situations où j’ai envie de magnifier ma féminité.

De les voir ainsi arrangées de façon cabalistique sur mon pas de porte me procure une sensation particulière : fantasme le plus romantique ou décorticage de méninges et leçon de logique rudimentaire et élémentaire.

Je ne sais pas qui a fait ça. La seule chose que je sais, c’est que vraiment quelqu’un l’a fait. Avant la visite, après la visite.

Une signature, un billet laissé à mon calcul, défiant ma raison et  mes possibilités d’analyse.

 

La première chose qui me vient à l’esprit est qu’il s’agit de l’œuvre de ma concierge.

Je n’imagine pas de prime abord que mes chaussures puissent faire agir une femme. Une femme aurait glissé un mot, aurait laissé une carte, un billet dans la boîte aux lettres. Une femme n’aurait rien tenté de dire avec des escarpins laissés là sur le palier parce que pas eu le temps de les ranger.

Mais une concierge, oui peut-être…

Je ne l’ai jamais croisée. Y a-t-il d’ailleurs une concierge dans cet immeuble ou la poussière est-elle laissée au bon soin du vent qui glisse de palier en palier entre chaque fenêtre gardée ouverte ?

Parfois, il me semble bien entendre sur le mode furtif que quelqu’un traîne dans les étages, y passe pour le plaisir de se coltiner chaque marche ou de faire claquer le bruit plastique de l’interrupteur.

Jamais je n’y ai -jusqu’à ces derniers temps- accordé d’importance. Mettant même sur la chose l’excuse de mon imagination et de mon peu d’habitude des bruits familiers du lieu. Ça fait clac parfois juste derrière la porte de chez moi.

Donc ma concierge,- ou est-ce mon concierge ?-, ma concierge est montée jusqu’à chez moi. Elle avait à balayer et mes escarpins de femme qui travaille uniquement du chapeau étaient là en pagaille sur son territoire.

 

Elle a pensé : « Faut qu’elle laisse ses chaussures là, pour m’empêcher de nettoyer. »

Elle a pensé : «  Je les jette ou je les déplace ? »

Elle n’a pas pensé du tout ; elle a déposé mes affaires sur le seul endroit du palier qui m’appartienne, le seuil.

 

Ma concierge. Déjà à cet étage, il y a matière à discuter, à parloter, à cancaner si utile. Je pourrais en faire une confidente, une présence sémaphorique dans mon impasse. La couleur du vin ou celle de monsieur Propre ; tous les lieux communs de la physiologie des ramasseuses de nos saletés… tout en elle peut déjà m’amener un gros bout de la Terre en attente sur mon palier.

De quel pays, de quelle dérive ? De quelle misère, de quel abandon ? De quel trafic et mauvais aiguillage sur les rails de l’existence ? D’où me vient-elle, cette femme qui longe le bord extérieur de ma vie, l’enclos de mon jardin secret et qui fait de mes premier pas sur la lune un univers propre et dégagé?

Parfois, je la crois étrangère, née sous de fabuleux paysages, là-bas princesse racée qu’une volonté hors du commun a poussé à vouloir profiter de mes richesses, sans savoir qu’elle serait chez moi moins que le chien sous la table.

Parfois je la vois, ambitieuse de salon avec TV et Top models en perfusion.

Ou esclave d’une vie trop dure qui l’aurait attelée à un mari ravagé de maux et de symptômes.

 

Ma concierge serait arrivée à mon étage, se déhottant le panier qu’elle aurait comme un territoire de jeux, les mains accrochées à sa balayette et le menton caressant le ciment des marches. Balançant son popotin de droite et de gauche pour mieux accéder au rythme d’un nettoyage méthodique lui permettant de garder son élan.

 

Ou elle a la finesse des lianes. Vient jusqu’à chez moi sur ressort, grande sauterelle avec écouteurs et rock in the pocket. Et fait des quelques poils de sa brosse, les balais d’un percussionniste secoué.

 

Elle porte un foulard. Des rastas, une choucroute de chez Bardot, un casque de bigoudis, un bandeau fleuri, les derniers chouchous du soldeur d’à côté, des couettes, ou alors elle est comme moi… Oui, elle pourrait être comme moi, un peu teinte, un peu nature.

 

Avoir un ragoût sur le feu ou un souper en train pour une marmaille qui va bientôt se battre pour quitter la table sans avoir mangé ni ses légumes, ni sa compote de fruits.

Avoir la peur au ventre de rentrer chez elle faire son dernier relevé de factures.

En avoir plein le dos de ces triples journées qui font d’elle une impotente du plumard, elle qui aimait tant s’allonger.

Avoir le souci d’un parent qui ne sait pas encore ce qu’elle sait déjà.

Avoir si peu. Avoir tant et sans possibilité d’inverser les sens.

 

Ma concierge est montée sans que je le sache. Pendant que je glissais peut-être dans mon bain, pendant que je courrais les boutiques ou les cafés à la recherche d’un ami. Pendant que je dormais peut-être.

Et voilà. Elle est prête, ma concierge à poser un de ces actes qui font la création, un de ces actes qui ont le potentiel en eux de déplacer les ouragans. Comme le battement de l’aile du papillon etc.

Elle est là, à quelques respirations de la mienne, tripotant à mon insu mes pieds gauches et mes pieds droits pour en faire un message.

 

Elle en pose un dans un sens et puis l’autre juste à l’envers. Elle choisit de mettre l’autre paire dos à dos, se faisant la gueule et offrant à la maladresse, des lettres de finesse et de naïveté. De contempler son œuvre, on ne peut qu’imaginer le sourire beat et mutin qui a pu se peindre sur sa face.

A-t-elle ri ? Oui, a-t-elle ri de ce qu’elle avait fait?

C’est une mosaïque installée, comme un » cave canem » latin. Ici prendre garde : femme de plein pied, ou femme vivant sur un grand pied…

 

Mais aussi. Excédée par mon désordre, elle a pu jeter mes chaussures comme un jeu d’osselets que le hasard aurait volontiers arrangé en ma faveur.

J’imagine alors ce geste précis et sans état d’âme qui fait de la main la cheville ouvrière du balayage en largeur et longueur comprises : jeter à la volette mes quatre fers pour qu’ils aillent me faire un dessin !

 

Ma concierge, dont je ne voudrais en aucun cas faire la rencontre, ni avoir la visite et qui s’installe chez moi en poète de rimes et de pieds.

Ma concierge, qui squatte mes instants libres, mes vagabondages intérieurs et me donnent à redéfinir sans cesse qui je voudrais voir peser de son doigt sur le téton de ma sonnette. Qui serait digne de mon envie, qui serait assez fort pour m’en faire le plaisir quand je ne prétends le plus souvent qu’à un hypocrite isolement.

Ma concierge soi-même. Brutale intrusion dans le labyrinthe des contradictions et mes idées reçues, mes fonctionnements monolithiques qui veulent que ce geste-là ne peut surgir que du croisement de la poésie et de l’humour, ingrédients qui ne lavent nullement les sols.

 

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2012 7 23 /09 /septembre /2012 08:22

comment ferez-vous encore l'amour sans nos mains? où irez-vous le corps errant, tronc des pauvres parmi les arbres, mendicité tendue sur un seul regard? la bouche, la bouche est une sébille de fou qu'on remplit avec des nuages et le sucre de la neige.comment échapper à la sécheresse, quand tous les vents y viennent?

je n'ai plus de mains

comment ferez-vous encore l'amour sans nos mots? où trouverez-vous résistance massive et vannes foudroyantes, tous les parasites essentiels des salives crochetées? le chant, le chant ouvre la peau comme il ouvre les barrages. comment ne faire qu'une seule voix quand on ne frappe plus que des silences?

je n'ai plus de mots

comment ferez-vous encore l'amour sans nos vies? où déposerez-vous le jour, la nuit et tous vos sans demain? les bras et les mots encombrés n'ouvrent aucune porte. le temps nous réclame. vivre

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2012 7 23 /09 /septembre /2012 05:44

voici les remontées mécaniques, l'escalier et ses dents ripées sur le ciel. je monte mon corps à la pompe à bras. c'est un matin dans les répétitions d'un seul morceau, avec son chat mouillé revenant des chasses et son chapelet d'empreintes aux coussinets. il m'écrit ainsi chaque matin son poème sur le lino, une seule ligne, qui file à l'écuelle.

voici les éventualités, les ristournes de la pêche aux filets. je me ramène vers moi. parfois si lourde parfois me suis-je perdue? je pose mes mains dans les marques, je tâte le moule. je cale mon âme dans ton trou.

je repose mes doigts dans le bas-relief amoureux. tu me vas comme un gant., un gant de fers.

Partager cet article

Repost0
22 septembre 2012 6 22 /09 /septembre /2012 14:57

 

 

 

artiste? est-ce une définition, un mot croisé entre plus ou moins? une intersection jaune sur laquelle le monde va assurer un pas? un produit fini, avec des agents de conversation en forme d'abécédaire? ou est-ce un être flou aux deux sexes pontés sur la langue? je ne sais plus.

 

as-tu déjà visité mon âme de mec, mes pourtours sans rondeur et cet appel dominant de mâle qui me sort sous le corps? parfois je suis comme ça, j'invente l'explosif, la merde capitale j'impose les jougs de voile et j'assure l'esclavage au piton. parfois je suis femme et ce n'est pas si bien de vivre de la lune, un fleuve vif coulant entre les jambes.  le plus souvent je ne suis ni l'un ni l'autre, juste une ligne sans oscillation sur le cardiogramme amateur.

ou alors l'un et l'autre, indéfini multiplié, artiste quoi...?

Partager cet article

Repost0
22 septembre 2012 6 22 /09 /septembre /2012 14:29

 

 

 

j'ouvre l'agenda,  ses lignes bien régulières. faut commencer son steeple chase de bonne heure, ma gazelle. avec de grands écarts de jambes. quand t'as bien couru ton affaire t'atteins le fond du carnet. et quand tu peines à chaque saut tu n'y arrives pas? c'est comme ça la vie, un jour tu finis la course et l'autre t'es forfait. tu rembobines alors les pas, tu quittes la piste, tu te couches dans le gazon et tu tires sur toi le drap du ciel. c'est de l'athlétisme amateur. jamais sûr au départ que tiennent tes dopages. peut-être ce jour,  tu le laisseras en plan sans franchir l'arrivée. tu quitteras le stade en plein après-midi. parce que le soir c'est pour les grandes foulées. et demain tu reviendras sur la  ligne du départ avec dans ton dos une flopée de brouillons de vies, comme à l'entraînement quoi.

Partager cet article

Repost0
20 septembre 2012 4 20 /09 /septembre /2012 18:44

 

je lève mon corps à la santé des gouttes, un ruisseau qui naîtra toujours par hasard. tu dis parfois que c'est sans raison. j'en ai perdu la mienne à force de lever au coude, d'étirer les engins, d'effeuiller des haltères. bien sûr que tu sais combien il faut de muscles pour le délire... c'est la ronde dans la prison des fanes, une alarme d'hiver, au sifflet de la chiourme, j'essaie de garder la forme, l'amande des yeux et la parole en demi-lune croissante. je lève mon corps cocktail c'est l'heure .

Partager cet article

Repost0
19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 05:56

de quoi parlent-ils?je tends l'oreille. je lis le murmure des charpentiers sur le toit qui grandit face au matin. ils tapent en tête bêche, et cette légère distance du son et de la vue, la désynchronisation de l'aube. le bruit de l'effort, ces projectiles venus des tripes et qui fendent l'air... haan haann! tous les muscles du ventre ont fait feu.  cet effet recul qui suit chaque déflagration et la légèreté des gestes pourtant, le ciel est plein de gymnastes en silhouettes chinoises. ils déclinent une crête boisée  complexe, ils font un grenier pour tous  mes souvenirs.. bientôt tout cela sera tuilé, quelques corneilles y éliront peut-être leur parapet.  oui c'est une aube ouvrière. jamais plus devant moi ce cadre d'où glissait le soleil quand il sortait à poil de mes rêves.

Partager cet article

Repost0
18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 18:23

 

puisque nous parlions  d'eau , des ronds dedans, de pierres percées, de trous, de "nuit qui tombe dans la tête"
puisque nous avions longé, un peu, pour vite coudé ensuite vers ailleurs, le terrain des désirs
parce que je sais exactement comme au stylet, comme au silex même, ce qu'elle dit, ce qu'elle écrit pour l'avoir transcrit un jour dans la peau d'un homme
parce que les totems sont des poussées de sexe et parce que j'ai le ciel dans les forages

 

c'est ainsi, c'est maintenant, c'est avec ce frisson modèle que j'étalonne ma vie. j'aime  mais je suis de la base, de pas grand-chose donc. je peine à quitter mon pas. c'est comme une dureté de plus. un durcissement de plus. c'est le corps chevillé, que je suis contrainte d'écrire.

 

totems magiciens

Partager cet article

Repost0
18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 07:12

gravement, l'avenir n'est donc pas écrit? alors que nous avons tant de cailloux striés, de marques toutes faites au corps au coeur et dans la tête? j'aimerais presque n'avoir pas à tant devoir mais laisser aller, aller aller.... la vie saura bien, la vie sera bien. ma liberté est-elle génétique? suis-je marquée déjà de quelque vieux diabète ou alzheimer  maison? vais-je remettre à mon arbre un fruit tout tavelé des mêmes mouches? jamais encore me diras-tu on a vu une pomme devenir un oiseau. et ce n'est pas dans sa chute libre rapide insolente même qu'elle va se voir pousser des ailes.  mais peut-être un instant y croira-t-elle alors que la vie est en train de la jeter au sol.

Partager cet article

Repost0
17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 20:32

mettre un CD. tout va donc prendre cette couleur innocente qui avance la soirée sur un plateau musical. que vais-je choisir allongée sur le canapé à la romaine, essayant d'oublier que je clopais autrefois et qu'il me suffisait d'un peu de fumée et  une scottisch de Bruch pour marquer un but au plafond? je tâte l'humeur perso, dans le gras du plaisir. morose ou danseuse?  je zappe. peut-être ne vais-je écouter ce jour que des notes en pas de page. je rêve d'entendre venir un refrain inconnu, qui habiterait des heures entières dans la boucle de mon ennui.

ce serait une langue étrangère, aucun mot distinct surtout  et je  me résorberais dans la magie d'une parole intouchable.

Partager cet article

Repost0

Zig Zag Zoug

  • : Le blog de annaj
  • : poematique expiraTOIre les textes de ce blog appartiennent à son auteure et ne sont donc pas libres de droit.
  • Contact

Profil

  • annaj
  • 56 ans entre polars et poésie agenda poétique jeté sur l'aube

brèves du jour

tirer la couverture  c'est  faire de soi un cas nappé/ 11 déc.

 

pourquoi la crème des hommes, compte-t-elle si souvent pour beurre/ 3 déc

 

aucune peau ne se retourne pour des jours moins élimés/ 2 déc-

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rechercher

passé futur

 

AnnaJouy

poésie

Ciseaux à puits / Polder137

Au crible de la folie / Editions Atlantique

 Ces missiles d'allégresse / Editions Atlantique

La mort est plus futée qu'une souris / en duo avec Alain Simon/ Ed. le pas de la Colombe

 

textes de chansons

Polars

La morte du lac de Pérolles

les Fribourgeois meurent-ils...

le Grand Codourey

Téléphones et sonnettes

 

en attente d'édition:

plusieurs recueils  de poèmes

nouvelles

Qui fait quoi au portique de la solitude

enfin te voilà que l'on se quitte

roman

strasbourg verticale

Archives